Blogue Vanlife

La Vanlife, une thérapie en soi ! (Partie 2)

Introduction

Dans cette extrait, je vous ferai part de mon expérience d’achat et d’aménagement de mon propre campervan. J’aborderai autant mes bons coups que mes moins bons coups et je vous donnerai quelques conseils pour vos projets futures.

Achat d'un van

Un pas de plus vers mon rêve ! De septembre à octobre, j’étais dans les recherches de van à vendre par-dessus la tête. Visite après visite, je ne trouvais rien qui me convenait et il faut dire que j’étais plutôt sélectif. Sinon, les meilleures affaires, sans surprise, se vendaient avant que j’aie le temps de prendre une décision. Au début, j’avais établi mes besoins pour le choix de mon van comme suit : un van déjà aménagé avec un toit haut, modèle allongé (entre 20 et 22 pieds de longueur) ou un de ces deux aspects, possédant au moins une porte vitrée à l’arrière puis ayant moins de 200 000 km d’usure. Finalement, après plusieurs semaines de recherche, je me suis rendu compte que les Cargo Van aménagés ayant un toit haut sont rares et significativement plus dispendieux que ceux non aménagés au toit bas. J’ai donc décidé de me contenter d’un modèle allongé et de l’aménager moi-même, car mon budget était limité et je me disais que j’allais passer la majorité de mon voyage à l’extérieur de mon van, donc ça ne me dérangeait pas de me pencher si c’était seulement au moment de me coucher ou en me levant ou lorsqu’il y aurait des averses. 

Après être allé visiter plus d’une vingtaine de Cargo Van, le 25 novembre 2020, j’ai perdu patience et j’ai acheté un Ford E-250 2009 Model Allongé ayant 173 000 km au compteur, non aménagé et sans trop écouter les conseils de mon ami mécanicien qui l’avait inspecté (Chose à ne pas faire).

Conversion du van en campeur

Après quelques réparations et ajustements mécaniques, c’est le 27 novembre 2020 que j’ai commencé la conversion de mon Ford en camper. Et oui ! En plein début d’hiver, je bricolais sur mon van à -15 dans mon entrée… 

Étape 1 : vider et nettoyer le van

Du 27 novembre au 10 décembre, j’ai tout démonté les étagères de quincaillerie qui étaient dans le van puis j’ai passé un aspirateur puis j’ai nettoyé toutes les surfaces de l’intérieur. Pour couronner le tout, en retirant le vieux plancher de contreplaqué que l’ancien propriétaire avait installé, j’ai eu une belle surprise : 5 trous de rouille dans le plancher de tôle.

Étape 2 : traiter la rouille

Ayoye ! Ça m’aura coûté 1 mois de travail pour traiter ce problème, du 10 décembre 2020 au 4 janvier 2021. Pour ceux et celles qui n’ont jamais côtoyé de la rouille, je peux vous affirmer que c’est LE défaut que vous voulez éviter à tout prix, car tant qu’il reste une tache de rouille, celle-ci va se répandre comme la vermine sur toute la surface de tôle qui sera en contact direct. J’ai dû sabler la tôle afin de retirer le plus de rouille possible puis découper la tôle aux endroits où la rouille était trop intense. J’ai ensuite appliqué un primer pour protéger la tôle qui était à nu. Ensuite, au niveau des trous dans le plancher, j’ai découpé des nouveaux morceaux de tôle que j’ai recouverts de scellant à toiture pour le coller au plancher puis je l’ai fixé grâce à des vis auto-foreuses.

Étape 3 : isolation

Une fois le plancher réparé et la rouille traitée, il était maintenant temps de passer à l’isolation du van en commençant par le plancher, car n’oubliez pas que je faisais tout ça en plein décembre, dans mon entrée à -15 Celsius ! Donc du 5 janvier au 25 mars, j’ai entamé le processus d’isolation. J’ai isolé le plancher en le recouvrant de papier bulle isolant en aluminium que j’ai collé avec de l’adhésif en spray 3M. Après avoir collé des assises en bois avec un adhésif polyuréthane sur le plancher de tôle, j’ai installé une feuille de contreplaqué en guise de plancher.

Maintenant que mon plancher était isolé, j’ai acheté une bonne douzaine de canettes de mousse isolante puis j’ai rempli tous les petits espaces de l’habitacle ou je ne serais pas en mesure de remplir de laine isolante. Par la suite, j’ai vissé la charpente sur les murs pour faire la structure qui va accueillir le mur de contreplaqué. Ensuite, j’ai recouvert les murs de papier bulle isolant et j’ai ajouté une couche de laine isolante que j’ai fait tenir en place grâce à une grande pellicule de plastique. Pour finir, j’ai recouvert le plafond de papier bulle isolant puis l’étape d’isolation était terminée.

Étape 4 : installation du panneau solaire et du système électrique

Pour cette étape, j’ai préféré faire affaire avec des spécialistes dans le domaine et j’ai donc contacté Batterie Expert. C’est un certain Mario, à la succursale de Saint-Bruno-de Montarville qui m’a alors rencontré afin d’évaluer mes besoins en électricité et en énergie solaire. Finalement, je leur ai confié le travail d’installation. Ils m’ont donc installé une batterie AGM 12v de 250A, alimentée par un panneau solaire de 380 W et un relais de charge connecté à l’alternateur. Cette batterie allait alimenter principalement une pompe à eau, un frigo 12v, la ventilation puis l’éclairage LED.

Étape 5 : installation de la ventilation au plafond

L’une des étapes les plus stressantes selon moi, c’était de couper un trou directement dans le toit de mon van pour y installer la ventilation ! J’étais à genoux sur le dessus de mon van à couper un carré avec une scie sauteuse ! Heureusement, tout s’est bien passé puis j’ai installé une Maxx Fan en prenant bien soin d’appliquer minutieusement le ruban isolant au préalable.

Étape 6 : aménagement de l'intérieur

Pour le plafond, j’ai fixé une planche de lambris en fibre de bois à l’aide de vis autoforeuses en m’assurant de ne pas utiliser des vis trop longues. Pour les murs, j’ai utilisé des feuilles de contreplaqué de merisier de 12 mm d’épaisseur pour qu’elles épousent les courbes du van, car celles-ci n’étaient pas carrées. Pour le plancher, j’ai utilisé un rouleau de plancher vinyle que j’ai découpé à l’exacto. Finalement, pour l’aménagement, je vous le montre en image ! Mon système de lit était constitué de deux divans, dont un était un divan-lit et l’autre était un meuble de rangement que j’ai fabriqué sur mesure.

Conclusion

Au final, je referais ce projet n’importe quand ! C’était très éducatif et très motivant, puis chaque étape accomplie était une satisfaction incomparable ! J’ai adoré cette liberté m’ayant permis de m’épanouir dans ma créativité. Côté budget, le véhicule m’a coûté 7000 $. J’ai mis presque 5000 $ pour tout le système électrique, incluant le frigo à 1200 $. Pour les autres matériaux de construction et l’aménagement, j’ai dépensé autour de 6000 $. Finalement, 2000 $ a été dépensé pour des réparations et ajustements mécaniques.

Partager l'article

Autres publications