Blogue Vanlife

La Vanlife, une thérapie en soi ! (Partie 3)

Introduction

Voici le moment tant attendu! Mon voyage en Campervan ! Dans ce dernier extrait, je vous ferai part du déroulement de mon voyage ainsi que toutes quelques péripéties et les bienfaits d’un séjour en Vanlife.

Début du voyage en van aménagée

Après plusieurs mois de travail, en mai 2021, je me suis lancé dans l’aventure de la vanlife avant même de finir les derniers besoins esthétiques. J’étais autonome en eau et en électricité et c’est tout ce dont j’avais besoin pour subvenir à mes besoins de liberté. Direction Tofino !

Je suis parti le 13 Juin 2021, le jour de ma fête ! Selon moi, il n’existait pas de plus beau cadeau de moi à moi que de partir vers l’aventure en Vanlife dans ma propre création ! C’était l’un des plus beaux sentiments de liberté que j’ai ressentis.

Pendant mon périple de Vanlife

Ce que j’apprécie le plus, je crois que c’était la possibilité de choisir ma cour et d’y camper gratuitement et autant longtemps que je le désirais. En étant aussi près de la nature à l’état pur, je n’avais pas ce réflexe agaçant de prendre mon cellulaire pour me divertir durant des heures sur une plateforme de contenu. J’avais tellement de contenu naturel et authentique autour de moi que j’ai vraiment pu reconnecter avec la nature. Je n’avais plus de routine, je me réveillais en même temps que le soleil, je choisissais une activité pour la journée, puis je me couchais lorsque la lune se montrait le bout du nez.

Jour 1

À peine dépassé la moitié de la province d’Ontario, l’entièreté de mon van se met à vibrer intensément dès que j’atteins les 100 km/h. Je m’arrête sur le bord de la route, puis nous vérifions si les boulons de roue sont bien serrés. Ils étaient plutôt bien serrés, mais afin de m’assurer que je ne perdrais pas une roue, je les ai tous serrés au maximum en sautant sur la clé pour boulons. Toutefois, le problème n’était toujours pas réglé. Je me suis donc arrêté au premier garage pour qu’ils trouvent le problème. Après quelques minutes, le mécanicien m’annonce que mon pneu arrière droit est déformé… Je ne croyais pas que ça pouvait arriver, mais il m’a dit que ça doit être causé par le mécanicien qui a posé mes pneus d’été, il avait mis trop d’air dedans. Heureusement, j’avais un pneu de secours situé sous le derrière de mon van. Le garagiste a donc remplacé le pneu et mon pneu de secours était maintenant le pneu déformé. Une trentaine de minutes plus tard, nous sommes de retour sur la route !

Jour 2

Une fois arrivés sur le territoire du Manitoba, nous avons aperçu notre premier ours noir ! Cinq heures plus tard, nous sommes déjà rendus en Saskatchewan ! Nous avons continué la route jusqu’à ce qu’on arrive en Alberta. À notre arrivée aux frontières, nous avons fait une belle rencontre plutôt impressionnante : un adepte albertain de la vanlife, mais de la vanlife d’un tout autre niveau…

Jour 3

Une fois en Alberta, on pouvait apercevoir de mieux en mieux les Rocheuses canadiennes, la plus importante chaîne de montagnes en Amérique du Nord. Nous nous sommes rendus jusque dans les rocheuses, mais à cause des travaux sur la route, la conduite de nuit était interdite. La route étant bloquée, nous avons profité du temps d’attente pour prendre quelques photos et dormir.

Jour 4

De retour sur la route, nous traversons les rocheuses en passant par Golden et Revelstoke, puis nous arrivons à notre camping à Osoyoos, Colombie-Britannique. Dès notre arrivée, nous avons rencontré d’autres Québécois qui sont vite devenus nos compagnons de voyage. Pendant une semaine, nous avons exploré les alentours de la Vallée d’Okanagan, à la recherche de plages, de cliff jumping et d’activités diverses.

23 juin 2021

Pour la Fête de la St-Jean-Baptiste, nous nous sommes retrouvés dans un festival regroupant presque 200 Québécois et Québécoises qui séjournaient ou habitaient dans la Vallée d’Okanagan. C’était tellement spécial comme sentiment de se sentir comme au Québec , tout en étant à plus de 4000 km de chez soi.

Jour 12

Le lendemain matin, nous avons mis les voiles vers Ucluelet, en prenant le traversier de Horseshoe Bay vers Nanaimo. Une fois rendus à Ucluelet, nous nous sommes installés au Lost Shoe Campground le temps de trouver un emploi. Au début, nous voulions nous faire une petite entreprise de peinture pour des revêtements de maison, des clôtures et des patios. Finalement, ne connaissant pas assez le marché local, nous avons décidé de se trouver un emploi.

Jour 23

Après quelques jours de recherche, nous avons tous trouvé un emploi en même temps. Nous étions 4, l’un de nous a trouvé un emploi en tant que vendeur au Long Beach Surf Shop, puis les 3 autres, nous avons trouvé un emploi au Howler’s Family Restaurant, qui était juste de l’autre côté de la rue du Long Beach Surf Shop.

Restant du séjour en Vanlife

Pour les deux mois suivants, notre quotidien ressemblait à : session de surf en matinée, travail en après-midi, puis nous sortons à Tofino avec des amis en soirée. Nous occupions nos journées de congés en visitant les alentours et en faisant des randonnées.

Attention avec le "Bear spray"

Je peux vous garantir que du Bear spray pourra vous protéger d’un ours, car nous l’avons accidentellement testé sur un ami… Effectivement, durant une soirée plutôt arrosée, mon ami Justin voulait voir à quelle distance se rendait le jet de Bear spray, un pepper spray pour se défendre contre les ours trop curieux. Il a alors tiré un jet dans les air, mais il avait oublié que c’était une journée plutôt venteuse… Notre ami William, qui regardait l’expérience de trop près, a reçu les vapeurs en plein visage suite à un coup de vent. La douleur était si intense qu’il aura passé toute la nuit en faisant tremper ses mains et ses pieds dans un bac d’eau froide.

Comme si ce n’était pas suffisant, le lendemain matin, en sortant de la douche, il s’est essuyé avec la même serviette qu’il avait utilisé pour essuyer le Bear spray… oupsi !

Chemin du retour en campervan

Le 14 août fût notre date de départ de l’île de Vancouver car mon ami Renaud devait revenir pour le début de son BAC à l’Université. Nous avons profité au maximum de nos vacances en Colombie-Britannique, mais maintenant nous devions revenir au Québec en 10 jours. Ce n’était pas si court comme délai mais nos copilotes étaient déjà repartis en avion et nous n’avions pas réussi à trouver des voyageurs qui souhaitaient faire la route du retour avec nous. Nous étions donc deux voyageurs avec deux véhicules. Nous avons tout de même eu le temps de visiter Vancouver 2 jours, Whistler 1 jour, Banff 2 jours et nous avons visité plusieurs pistes de randonnées et différents points de vue sur notre chemin. 

Mais traverser le Canada sans copilote, c’est un vrai défi! Ayant encore étiré notre séjour, nous avons dû faire beaucoup de route sans s’arrêter. Notre plus grosse journée fût 16 heures de route sans arrêt, sauf pour mettre de l’essence !

Les bienfaits de mon voyage en Campervan

Je peux maintenant fièrement affirmer que ce périple de 4 mois en vanlife, symbole de simplicité volontaire, m’aura vraiment fait grandir. Pas seulement psychologiquement, mais aussi en expérience. En plus de retrouver mon vrai “moi” et retrouver la beauté et le bonheur provenant des petites choses simples de la vie sans artifice, j’en ai appris beaucoup sur ma personne, mes capacités, ma nature et mes intérêts.

N'attendez plus et osez vivre la Vanlife !

Je suis revenu de ce voyage en étant plus zen et confiant que jamais. Prêt à retourner sur les bancs de l’université. Préparant mon avenir me permettant de combiner travail et vanlife. Je recommande à tout le monde de vivre une expérience de voyage en campervan au moins une fois dans sa vie, plusieurs surprises vous attendent !

En mémoire de mon ami Renaud.
Repose en paix mon grand voyageur.

Partager l'article

Autres publications